Menu


Romans

« Resistance is futile »: romance atypique chez les nerds

Coup de coeur pour une romance pas comme les autres à lire cet été: « Toute résistance serait futile »! Ce livre de Jenny T. Colgan est une intrigue douce-amère sur la tolérance, les mathématiques et les… nerds. Parce que les geeks aussi tombent amoureuxquand ils lèvent le nez de leurs chiffres.

→ Mes autres conseils de roman à emporter à la plage cet été!

Un roman à mettre sur sa PAL cet été pour celles qui aiment les romances et les geeks!
L’héroïne du roman est une mathématicienne, qui va se retrouver entraînée dans une histoire qui dépasse son entendement.

Je n’ai plus pu lâcher cette romance insolite…

J’ai déniché « Resistance is futile » de Jenny T. Colgan en cherchant une romance en anglais pour m’évader, après avoir tant aimé lire celles-ci. C’est un divertissement, au cadre original – la recherche mathématiques et de drôles de geeks à Cambridge – mais qui a aussi un fond qui nous fait réfléchir, avec un message de tolérance, anti-raciste et même anti-spéciste. Il y a une réflexion sur les valeurs, et ce pour quoi on serait prêt à les sacrifier.

Je voulais vous parler de ce roman car il m’a totalement emportée. Entre deux sessions de lecture, j’y pensais tout le temps, et je le gardais dans mon sac pour pouvoir progresser dans l’intrigue à chaque moment de libre… Cela ne m’était pas arrivé d’être autant accrochée depuis longtemps!

Où le trouver:

Ce livre existe en traduction française, sous le titre « Toute résistance serait futile ». Il est dispo par là en français en poche (mais avec une couverture moche) et par là en anglais (avec une belle couverture) ou en audiobook. Ne confondez pas avec le livre du même nom qui parle de Trump :P

L’intrigue de « Toute résistance serait futile »

L'intrigue de "Toute résistance serait futile" de Jenny T. Colgan, que j'ai lu en anglais (Resistance is futile)

Tout commence avec un huis-clos cérébral. Une poignée de mathématiciens de génie sont engagés pour travailler sur un projet top-secret dans la campagne anglaise à Cambridge. Jeune femme aux cheveux roux flamboyant et brillante scientifique, Connie (l’héroïne du roman) fait partie du projet. C’est une chercheuse passionnée, qui a toujours tout fait comme il faut et suivi les règles… jusque là! Elle est ravie de pouvoir s’adonner à de la recherche, tout en ayant une chambre fournie dans un édifice de l’université de Cambridge digne d’un manoir.

Les descriptions des lieux m’ont fait rêver en tant que fan de vieilles bâtisses. Un jour je retournerai en Angleterre ♡ et j’irai visiter Cambridge… en attendant dans ce nouveau billet je vous emmène admirer avec les vieilles pierres des Cotswolds dans la campagne anglaise.

♬ Suggestion de morceau à écouter en lisant ce livre: This is planet Earth de Duran Duran

Meet the nerds: l’équipe de recherche

Dans son équipe de geeks, Connie collabore avec Evelyn, une scientifique excentrique plus âgée et blasée, qui a tendance à materner le groupe en préparant des cookies. Ensuite, il y a Ranjit, un adulescent candide et un peu bêtas, bien qu’il soit un cerveau en maths. Arnold, un Américain à la silhouette d’ours qui cultive un esprit rebelle face à l’autorité, et Sé, un scientifique taiseux et introverti avec qui elle a eu une aventure il y a quelques années lors d’un congrès, ce qui rend leurs échanges bien gênants.

Le dernier membre de l’équipe est Luke, un jeune homme aux réactions étranges, un inadapté social comme on en trouve régulièrement chez les nerds. Et qui s’évertue à déplacer un piano sur le campus, une lubie qui n’étonne même pas les autres.

Bien sûr, j’ai beaucoup aimé certains des personnages, moi qui suis fan de Big bang Theory et vit avec un physicien (bon et je suis sans doute un peu geek moi-même).

Pendant qu’ils passent des semaines à tenter de décoder d’étranges données captées par une sonde spatiale, des liens de camaraderie se lient entre les personnages. Jusqu’à ce que Connie décode ces chiffres étranges…

Et là, le roman passe dans l’univers SF!

A des années lumières de se douter d’où se dirigeait le roman, je suis entrée dans son intrigue pas à pas et j’étais complètement accrochée! Comme je vous le disais plus haut, cela ne m’était pas arrivée depuis longtemps de trimballer un livre partout avec moi parce que je voulais trop savoir ce qu’il allait se passer. Il m’a tenu en haleine jusqu’à la dernière page…

Lire en anglais
Les romances, c’est habituellement le genre de romans à essayer de lire en V.O. comme les intrigues et le vocabulaire sont souvent abordables. Mais celui-là, je vous le recommande seulement si vous êtes déjà à l’aise dans cette langue, parce que des éléments de l’intrigue inattendus corsent le vocabulaire. Si vous débutez dans la lecture en anglais, je vous conseille plutôt ce roman plus facile à suivre. Je partageais quelques conseils ici aussi pour se lancer dans la lecture en anglais et là d’autres idées de romans à lire en langue originale.

SPOIL!

Ne lisez ce paragraphe qu’en connaissance de cause car je vais dévoiler un élément du roman…

Moi qui habituellement n’aime pas les histoires incluants des petits bonshommes verts ou d’autres créatures venues de l’espace (sauf si c’est Star Wars ou H2G2 of course), l’auteure m’a bien eue et je suis totalement entrée dans cette histoire, qui raconte une romance atypique. Le personnage venu d’ailleurs est tellement attachant! D’un côté, il ressemble à un enfant ne comprenant rien aux codes de notre monde. Et de l’autre à un vieux sage qui remet en question la cruauté ou la bêtise des humains. L’auteure a eu de bonnes trouvailles sur son moyen de locomotion aussi et son apparence… ou son odeur. Tout cela avec un rythme qui nous emporte, lorsque – démasqué – notre alien part en cavale aidé de la scientifique tombée sous son charme.

→ D’autres conseils de romans de science-fiction & anticipation sur le blog

L’auteure: Jenny T. Colgan

L’auteure britannique de romances Jenny Colgan, célèbre dans le domaine, a publié ce roman sous son « pseudo » Jenny T. Colgan. Elle utilise cette signature pour ses romans un peu geeks. Mais il s’agit bien de la même Jenny Colgan que celle qui a publié The Little Shop of Happy Ever After (La charmante librairie des jours heureux) ou Meet me at the Cupcake Café (Rendez-vous au Cupcake Café)! Elle est née en Ecosse.

Mon avis sur le roman "Toute résistance serait futile" de Jenny T Colgan

Plusieurs jours après avoir tourné la dernière page – je ne spoilerai pas la fin – ce roman flotte encore dans ma tête avec son romantisme doux-amer…

Clairement, « Toute résistance serait futile » est une romance pas comme les autres, à mettre dans sa PAL de l’été! Je pense qu’avec les éléments SF, c’est un livre qu’on adore ou qu’on déteste…

A lire aussi sur le blog pour les adeptes d’Angleterre…

Par ici, d’autres coups de coeur pour des romans anglais, par là des recettes anglaises dont les scones! Comme j’ai un faible pour l’Angleterre je vous y emmène aussi par là en escapade et je l’évoque au détour de plein de billets du blog…

Et vous, c’est quoi le dernier livre que vous ne pouviez plus lâcher? Dites-moi! Il me reste une petite place dans ma PAL…

1 Comment

Leave a Reply