Roman étonnant: Le Prix de Antoinette Rychner

J’ai envie de revenir sur un roman lu il y a quelques temps, et que j’ai adoré découvrir! Il s’agit du premier roman étonnant d’Antoinette Rychner, une auteure suisse dont j’avais déjà apprécié quelques pièces de théâtre. Elle vient en effet de par chez moi (le canton de Neuchâtel, que j’ai quitté il y a 8 ans pour vivre en France)!

Cette fois, son récit prend des intonations surréalistes, ce que j’apprécie beaucoup! Concernant l’histoire, c’est celle d’un artiste torturé, assoiffé de reconnaissance. Son obsession est de remporter enfin « Le Prix » dans sa drôle de discipline, qui s’apparente à de la sculpture (je vous laisse découvrir plus bas…). L’auteure évoque le tiraillement infernal qui habite ce personnage, entre le besoin de s’accomplir en tant qu’artiste, et les obligations triviales de… la vie de père.

Le Prix d’Antoinette Rychner: dans l’esprit torturé d’un artiste

En tournant les pages de ce roman très réussi, on pénètre donc dans l’esprit torturé d’un artiste assoiffé de reconnaissance. Un doux-dingue qui peut aussi virer méchant, poussé par des élans tour à tour créatifs ou destructeurs. Son obsession: gagner enfin le Prix. Or ce sculpteur est également… père. Une tare qui l’empêche de s’accomplir, si l’on épouse son point de vue sur la question.

Profession? Sculpteur de Ropfs

Roman suisse: avis sur le blog Birds & BicyclesRien n’est anodin dans ce roman à l’univers étrange. L’auteure dépeint notre société, notre quotidien, mais y ajoute de temps à autre des éléments surréalistes. Cela commence avec la discipline même dans laquelle le héros veut être reconnu. Il est sculpteur de « Ropfs », des créatures mi-organiques mi-minérales, qu’il parvient à modeler alors qu’elles sont expulsées hors de son… nombril.

Les chapitres du livre restituent le monologue intérieur du sculpteur, qui penche régulièrement vers la folie. Le style d’Antoinette Rychner, original et plein de verve, dépeint l’exaltation qui saisit l’artiste, suivi par des épisodes d’intense découragement. Le doute d’être un raté tenaille le héros, qui voit dans sa femme S et leur Mouflet des coupables pour son manque d’inspiration! Il est tiraillé entre la certitude que cette famille encombrante réduit ses élans créatifs à néant, et l’amour inconditionnel qu’il porte à sa femme. Et lorsque cette dernière lui annonce qu’ils vont avoir un deuxième enfant, l’angoisse du sculpteur atteint son paroxysme.

C’est un roman très spécial, qui plaira aux amateurs de littérature un peu barrée – dont je fais partie. Si vous avez été excédés par l’Ecume des Jours, ce n’est sans doute pas pour vous :P

Le Prix, roman suisse: avis sur le blog Birds & Bicycles

Antoinette Rychner, de technicienne de scène à auteure talentueuse

Si  « Le Prix » est son premier roman, Antoinette Rychner compte déjà à son actif plusieurs pièces de théâtre et un recueil de nouvelles, « Petite collection d’instants-fossiles », publié aux éditions de L’Hèbe. C’est bien de la scène que vient la trentenaire, qui a été technicienne de spectacle et scénographe avant de se lancer dans l’écriture! De 2006 à 2009, elle suit le cursus d’études de l’Institut Littéraire Suisse, à Berne. J’admire ce parcours!

Le roman est sorti en 2015 chez Buchet / Chastel, et il m’a laissé une forte impression. Il a également gagné le prix suisse de littérature 2016, entre autres.

Une auteure que je continue de suivre avec attention… voici son site, Toinette.ch, si vous voulez en savoir plus!

On trouve le roman en libraire (il faut sans doute le commander!) ou sur Amazone* par ici!

Pour d’autres idées de romans, cela se passe à cette rubrique du blog! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Laissez-moi un petit mot :)