Menu


Romans

Lecture: trois romans avec une part d’ombre

Lire, lire, et se laisser émouvoir par des destins difficiles, à mille lieues de nos trajectoires, et pourtant… ces héroïnes pourraient être nos soeurs.

Sur le blog, je vous parle souvent de romans ayant pour héros des femmes fortes! Il y en a plein que je vous ai conseillés par ici.

On reste dans cet axe qui m’est cher aujourd’hui, avec trois romans aux ambiances vraiment différentes, avec chacun une part d’ombre…

Après ma série de lectures feelgood et légères, j’ai eu envie de me plonger dans des romans touchant à quelque chose de plus profond! J’espère qu’une de ces trois idées de lectures vous fera envie, selon vos goûts…

Voici les thèmes des lectures du jour:

l’exil: se sauver, tout perdre, se reconstruire tout en se prenant du racisme à la gueule – et continuer de sourire malgré tout
la perte de repères d’une trentenaire paumée dans une vie en demi-tons de gris
un mariage arrangé au 19e siècle transformant une jeune fille joyeuse en captive apeurée

On commence ces avis de lecture par un roman que j’ai beaaaaaucoup aimé ♡ et que je vous recommande de ne pas manquer!

« Une soupe à la grenade » de Marsha Mehran

Mes avis de lecture sur le blog: Une soupe à la grenade de Marsha Mehran

Sa couverture est irrésistible, non? Ce roman au parfum d’épices fait frétiller les papilles.

Trois soeurs venues d’Iran ouvrent un restaurant dans un petit village d’Irlande replié sur lui-même, Ballinacroagh. Pas tout le monde ne voit d’un bon oeil l’arrivée de ces étrangères qui font flotter une odeur de cardamome sur les rues! Peu à peu, le lecteur découvre le fil de leur vie, ce qu’elles ont fui, ce qu’elles ont perdu… Gardant toujours espoir et la tête haute, elles accueillent le cœur grand ouvert ceux qui sont prêts à leur faire une place dans leur coin de pays – et ignorent, royales, les mesquineries. Un roman doux amer qui se lit comme on boit un bon thé sucré. Idée superbe: entre chaque chapitre, une recette de cuisine persane est intercalée.

Ce roman plein de chaleur aux personnages attachants est mon favori de ces trois lectures! Malgré les obstacles, les héroïnes tiennent bon pour se construire une nouvelle vie. Plein d’humanité, c’est une belle leçon de solidarité. On découvre le portrait des différents habitants du village au fil des chapitres. Et derrière le thème léger de la cuisine et des amitiés, Une soupe à la grenade aborde des écueils de nos sociétés.

Avis roman Une soupe à la grenade de Marsha Mehran


Ce roman prend aussi une saveur particulière quand on découvre la biographie de son auteure. Marsha Mehran s’est inspirée de sa propre histoire pour ce roman. Avant de connaître une fin tragique et mystérieuse. J’en ai encore le coeur serré.

→ A lire aussi sur le blog, ce roman iranien qui donne aussi faim…

On passe au roman suivant, qui m’a moins accrochée, mais que j’ai trouvé intéressant!

Un lien commun entre les deux premiers romans: se dérouler en Irlande, mettre en scène des gens du voyage et pousser un cri venant du coeur contre les préjugés.

« Tout ce que nous allons savoir » de Donald Ryan

Autant le roman précédent est lumineux, malgré les difficultés, autant celui-ci nous plonge dans une humeur de grisaille dans des milieux défavorisés d’Irlande.


Le scénario: Melody Shee, narratrice du roman et professeure, est enceinte… mais pas de son mari, Pat, manipulateur et désagréable. Le couple se déchire et se tire vers le bas depuis des années.

Melody veut garder l’enfant – et tait l’identité du père. C’est en fait un membre de la communauté des gens du voyage, son jeune élève de 17 ans, maintenant parti.

Se battant avec des démons intérieurs, Melody navigue difficilement à travers la vie, et semble parfois prête à sombrer. Elle rencontre alors une jeune femme lumineuse. Mélange cocasse de fraîcheur et de sagesse, Mary Crothery va lui donner une raison de garder la tête hors de l’eau, grâce à son amitié. Melody la prend comme élève pour lui apprendre à lire- mais c’est surtout la jeune fille qui va apporter quelque chose à la professeure trentenaire.

Membre paria de la communauté des gens du voyage, répudiée par sa mère pour de sombres histoires d’honneur bafoué, Mary aurait tout pour être amère et malheureuse. Mais donne une belle leçon de résilience à Melody.

Ce roman est signé de l’auteur irlandais Donald Ryan, qui s’est fait connaître dans les années 2010.

Mon avis sur ce roman:

Après un peu de peine pour entrer dans l’histoire où on cherche en vain une étincelle d’espoir dans le marasme du quotidien, j’ai d’abord failli laisser tomber. Il faut dire que je n’éprouvais pas d’empathie pour Melody, qui ne fait rien pour changer sa vie peu satisfaisante. Je pense qu’un lecteur ressentant la même impression de vide et d’être perdu trouvera davantage un écho à cette partie du livre.

Puis est arrivé le personnage de Mary! J’ai été séduite par sa gouaille et son feu intérieur, et elle m’a donnée envie de lire la suite. J’ai aimé que ce soit la jeune fille qui apporte de la sagesse à la femme trentenaire, plutôt que l’inverse. Mary est très jeune, mais a vécu tellement de choses… Pour autant elle ne se perd pas.

Le regard de l’auteur sur la communauté des gens du voyage d’Irlande – entre humanité et traditions sexistes – m’a aussi beaucoup intéressée. Ce roman ne figurera parmi mes préférés de l’année, mais il m’a apporté quelque chose. Cela n’a pas été une lecture divertissante mais plutôt de celles qui remettent les pieds sur terre.

Un roman plus divertissant pour terminer ces retours de lecture sur le blog!

« Seule en sa demeure » de Cécile Coulon

Très différent des précédents, ce roman ne se situe pas de nos jours, mais au 19e siècle. C’est le plus léger des trois au niveau des thèmes abordés.

Une jeune fille encore candide, Aimée, 18 ans, accepte un mariage arrangé avec un riche propriétaire, Candre, qui a l’air bien sous tous les aspects. C’est un déchirement de quitter les siens pour se retrouver maîtresse du domaine Marchère… les lieux lui sont inconnus, la demeure intimidante, et l’atmosphère pesante!

Froid et distant, son mari Candre est secondé par Henria, une servante très présente, qui opère comme la réelle maîtresse des lieux. Aimée découvre qu’un secret est tu en ces murs… Avec effroi, elle apprend que la première épouse de Candre est morte peu de temps après les noces!

Tout devient menaçant autour d’Aimée. A commencer par l’emprise de Candre et d’Henria sur sa vie. Elle est comme prisonnière du domaine. Jusqu’au jour où Candre lui permet de prendre des cours avec Émeline, professeure de musique, ce qui lui ouvre une fenêtre de liberté.

Mon avis sur le roman « Seule en sa demeure »

J’ai passé un très bon moment avec ce roman qui laisse une belle part à l’imagination avec son ambiance légèrement inquiétante… On se pose beaucoup de questions sur ce qui est arrivé, beaucoup d’hypothèses traversent la tête du lecteur avant que les mystères ne soit démêlés et révélés. Un roman à lire pour son ambiance, où la demeure tient un rôle significatif! Son intrigue ne me laissera pas une trace indélébile, mais cela a été un plaisir à lire.

Cela m’a donné envie de me plonger dans un autre roman de Cécile Coulon! La jeune auteure française a reçu de très bonnes critiques pour Une bête au Paradis, qui se déroule aussi dans un domaine isolé…

Laquelle de ces lectures serait le plus votre genre? Dites-moi si vous connaissez déjà un de ces livres!

* Ce billet contient des liens affiliés vers Amazone. Mais je vous encourage aussi comme toujours à aller chez vos libraires.

No Comments

    Leave a Reply