Fâchée avec ma penderie!

Vetements ethiques - Src Shutterstock (1)

J’aimerais bien pouvoir choisir mes vêtements aussi facilement que mes légumes au supermarché. Mais au moment de passer la porte d’une boutique, comment savoir ce que vaut l’éthique de la marque? Comment être sûre que ce joli pull en solde ne cache pas du travail d’enfant ou des conditions de travail difficiles? Déchantez tout de suite, je n’ai malheureusement pas la réponse! Mais depuis quelques temps, je me pose cette question épineuse en passant la porte des grandes enseignes. J’aimerais savoir comment faire pour agrémenter ma penderie de nouvelles fringues sans être complice d’actes que je ne cautionne pas. Faire une bonne affaire sur le dos d’un travailleur asiatique, non merci! Et justement, Natascha du blog ÉchosVerts a lancé le mois dernier un défi, dans le but de prendre conscience ensemble que l’impact de notre garde-robe n’est pas anodin, avec des pistes pour choisir des vêtements éthiques.

L’objectif est double, consommer mieux pour diminuer son impact environnemental (pesticides et polluants nécessaires à la confection des tissus) et humain (travail des enfants, exploitation des employés).

Vetements ethiques - Src Shutterstock (1)

Au Sri Lanka, des femmes sur leurs machines à coudre, travaillant pour l’industrie textile. Dans quelles conditions? 50h par semaine? Dans des ateliers prêts à s’effondrer? Gros point d’interrogation derrière mes fringues!
Crédit: paul prescott / Shutterstock.com

Oh non, même le coton!

Les matières sur l’étiquette

Natascha nous a fourni des ressources intéressantes pour y réfléchir, et je voulais vous en parler. Tout d’abord, elle cite des chiffres tirés du livre « Wear no Evil » dans ce billet d’intro sur sa prise de conscience. On apprend que « 2650 litres d’eau et 150 kilos de pesticides sont utilisés pour produire un T-Shirt en coton » (aïe). Ce qui m’a surtout intéressé, c’est l’impact différent des matières, car celles-ci sont faciles à trouver sur l’étiquette. Antigone XXI décrypte l’impact écologique de chacune, mais attention, c’est complexe. Comme je m’en doutais, les fibres synthétiques c’est pas le top. Par contre moi qui adore le coton, j’ai déchanté: cette culture utilise énormément de pesticides et beaucoup d’eau. Note pour l’avenir, espérer croiser du coton bio sur ma route shopping! J’ai déjà quelques vêtements qui se revendiquent ainsi, trouvés pourtant chez H&M, roi de la fast-fashion. Si l’enseigne a fait quelques progrès, elle s’en vante toutefois trop selon cet article de Terra Eco qui remet utilement les pendules à l’heure. Du coton bio n’est pas synonyme d’éthique du côté du traitement des travailleurs, malheureusement! Comme H&M, d’autres marques lancent des actions sur une petite partie de leur collection, et on espère leur bonne foi en choisissant ces vêtements. Par exemple j’ai pu acheter un T-shirt garanti « No sweat » par American Apparel lors de mon aventure montréalaise. Fabriqué dans une usine à L.A., avec un salaire minimal garanti pour les employés. Après, cela implique de faire confiance aux marques, et je me méfie du marketing!

Vetements ethiques - Src Shutterstock (1)

Les sirènes de la surconsommation

Je ne vous ai pas parlé de la première étape proposée par l’éco-défi: désencombrer son dressing et ne pas surconsommer de fringues. Ce sont de bons conseils, mais n’étant pas une folle addict du shopping, et comme je fais un tri régulièrement, j’ai passé mon tour! Surtout que je vis avec le contenu d’une valise de fringues depuis bientôt un an alors…j’ai fait mes preuves côté minimalisme!) Il y a aussi une réflexion sur le véganisme dans la penderie, mais n’étant ni végétarienne ni vegan, je ne me sens pas prête à abandonner la laine et le cuir! On y évoque aussi la soie et… la fourrure.

Où trouver des vêtements éthiques?

Découragement & pistes

Finalement, même en s’appuyant sur les étiquettes, tout est plus complexe que ce que j’espérais au rayon vêtements. J’étais découragée de remarquer combien l’industrie textile manque de transparence. C’est ce que dénonce d’ailleurs le Collectif Ethique sur l’Etiquette. Malgré cela, je ne me vois pas me passer des grandes enseignes. Mon plus grand souhait est qu’elles prennent enfin leurs responsabilités. Après ce défi, je ne suis pas prête à les bouder du jour au lendemain, mais je vais continuer de me poser beaucoup de questions et opter pour les lignes en coton bio quand elles existent!

Une piste que je souhaite explorer, ce sont les fabricants de vêtements éthiques, pour y trouver au moins quelques basiques. Bien sûr, je suis prête à payer plus cher pour un jean éthique, mais ma crainte était que du coup, les prix soient hors sujet pour ma bourse. Or ce n’est pas forcément le cas, si on compare ces prix à des vêtements de marque! Il faut néanmoins déjà trouver ces marques. Pour cela, je vous conseille de faire un tour sur ce billet d’ApolineR, « Combien ça coûte de s’habiller éthique? »

Natascha nous a suggéré trois marques durant le défi, 1083: fabricant de jeans en coton bio, cousu en France, dont on salue la transparence. Sur leur site, on voit où a lieu chaque étape de conception. Les deux autres sont Amaboomi pour ses vêtements de style sportswear recyclés et Tale Me, un concept innovant, à la manière d’un abonnement pour habiller les enfants.

Sinon, en parlant de recyclage, pensons aussi aux magasins de fripes qui sont aussi une source d’habillement plus écolo, puisqu’ils donnent une deuxième vie aux fringues!

Merci à Natascha de nous avoir fourni matière à réflexion durant cet éco-défi! Et si vous voulez vous inscrire au prochain, rendez-vous ici (inscription dans la sidebar). Le thème est de mieux consommer en achetant responsable. Après inscription, le blog EchosVert vous envoie une infolettre hebdomadaire agrémentée de liens où surfer pour s’informer sur le thème du mois. Ou alors, vous pouvez faire pareil grâce à cette page Facebook. Une super initiative en tout cas, j’attends chaque newsletter avec impatience!

Et vous, vous avez des astuces à partager pour mieux consommer côté penderie? Vous connaissez des marques éthiques ou de Made in France abordables? Parce que ça m’intéresse du coup!

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someoneÀ partager en un clic!

9 petits messages ♡ sur Fâchée avec ma penderie!

  1. fedora
    février 10, 2015 à 7:12 (2 années plus tôt)

    J’ai aussi participé à ce défi… c’était une vraie bonne idée :)

    Répondre
    • Kantu
      février 10, 2015 à 4:35 (2 années plus tôt)

      Toi aussi? :) C’est une bonne façon d’entamer une réflexion, en lisant les articles conseillés par EcoVerts. Le sujet est si vaste que toute seule je ne savais pas par où commencer!
      Je me suis inscrite pour le défi suivant en tout cas :)

      Répondre
  2. Les bulles d'inspiration d'Helychrise
    février 11, 2015 à 11:42 (2 années plus tôt)

    J’ai aussi participé à ce défi!

    Je n’ai pas encore trouvé mon bonheur niveau marques, mais il y en a deux dont je suis de plus en plus fidèle :
    -ekyog – malheureusement souvent qu’en période de soldes, car les prix sont très élevés
    – american apparel – certes une marque américaine, mais qui présente une belle éthique : tout les produits sont 100% US, le coton est bio, les employés sont respectés, les vêtements de très grande qualité.

    Répondre
    • Kantu
      février 13, 2015 à 11:51 (2 années plus tôt)

      Génial Helychrise, je ne savais pas que tout American Apparel était fait aux US. Par contre, je viens de vérifier, le coton n’est pas 100% bio seulement dans les lignes « organic » (http://www.americanapparel.net/aboutus/corpresp/organic/). Enfin c’est déjà très bien! Je vais aller jeter un coup d’oeil à Ekyog que je ne connais que de nom, merci pour tes conseils!

      Répondre
  3. Emilie
    février 11, 2015 à 3:05 (2 années plus tôt)

    Super ce petit compte-rendu du défi! Si jamais tu as des questions, je serai ravie d’essayer d’y répondre.
    Et maintenant, je vais aller découvrir ton blog qui a l’air très sympa :)

    Répondre
    • Kantu
      février 13, 2015 à 11:53 (2 années plus tôt)

      Merci Emilie! De mon côté, je suis tes articles avec intérêt sur Dressing responsable.

      Répondre
    • Kantu
      février 13, 2015 à 11:56 (2 années plus tôt)

      Génial, merci pour le lien! Ton article me donne plein de pistes.
      Abordable, c’est vrai que c’est subjectif comme notion. Ton paragraphe sur la mode à moins de 100 € colle avec les capacités de mon porte-monnaie!7
      PS. J’ai rajouté du coup un lien vers ton billet dans l’article!

      Répondre
  4. ApollineR
    février 14, 2015 à 1:59 (2 années plus tôt)

    Merci pour le lien :) J’espère que ça pourra aider

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *