Dilemme beauté: Tout bio or not tout bio?

Une trousse beauté mixte, entre bio et pas bio!

Billet d’humeur autour des contradictions dans ma salle de bain. Ou comment j’ai fini par assumer ma trousse beauté mixte, entre bio et pas bio.

Pour ceux qui auraient raté le début, il y a quelques temps que je m’interroge sur la compo des cosmétiques… Sans être dans les rangs de la guérilla du green, je suis sensible à l’écologie et adepte de solutions vertes. Il était tout à fait logique donc que je finisse par regarder derrière les étiquettes de nos produits de beauté… Et ce que j’y ai découvert n’est pas très enthousiasmant. C’est même parfois déprimant. Il faut dire que décrypter mes premières étiquettes m’a mise en colère et je me suis sentie vraiment trompée par le marketing de certaines marques. J’ai beaucoup râlé et ruminé…

J’ai aussi réalisé que la cosmétique naturelle, en misant sur des excipients (les bases des produits) actifs plutôt qu’inertes, avait de vrais avantages à offrir! Une crème avec une base d’huile végétale (qui a différents effets sur la peau selon le type d’huile) apportera des bienfaits en plus qu’une autre fabriquée avec de l’huile minérale (qui ne sert que de support et n’a aucun effet). Logique! Mais pour autant je n’étais pas prête à virer le contenu de ma trousse d’un coup pour me mettre au 100% bio. Surtout à cause de mon attachement à certaines marques de maquillage. Et je me sentais coupable… Car il y avait cette petite voix culpabilisante dans ma tête qui me disait que c’était illogique. Qu’au lieu de râler je n’avais qu’à choisir la voie verte et éliminer les intrus. Facile non?

Maquillage bio ou pas? Billet d'humeur

Choisir son camp… ou pas!

J’ai eu un peu de peine à accepter et à assumer cette position à cheval entre ces deux mondes, pensant que je « devais » faire un choix 100% vert, mais n’ayant pas envie de tourner le dos à certaines marques ou produits conventionnels que j’aime utiliser.

Entre la position de copines qui ne liront jamais une étiquette et s’en fichent éperdument (et c’est leur droit), et celle de blogueuses à la routine 100% verte correspondant à mon idéal (Amen! Bravo les filles), il m’a fallu comprendre qu’il y avait des paliers intermédiaires sur l’échelle de la greenitude.

Aujourd’hui, j’arrive enfin à assumer mes contradictions. Ouf! Et j’estime qu’avoir une partie de ma trousse beauté branchée beauté naturelle, c’est déjà bien. No pressure. Je ne vais donc pas jeter ma palette Urban Decay ou mon rouge à lèvres Chanel pour les remplacer par du labellisé bio, mais en revanche, c’est sûr, je n’ai plus envie de me laisser berner lorsqu’il y a un dessin de feuille sur un emballage ou le nom d’un ingrédient naturel écrit en très gros. Et c’est possible ça, simplement en lisant les étiquettes. Il m’a fallu 2 ans de pratique pour commencer à me sentir à l’aise dans cet exercice, mais ça y est, ça vient – grâce à ce livre et beaucoup de pratique! Sinon, Mamzelle Emie a récemment partagé dans ce billet 3 applis gratuites qui permettent de faire le tri.

Mascara conventionnel vs mascara bio!

Le choix épineux… Dois-je jeter mon mascara préféré et ne garder que le bio, qui est très convaincant d’ailleurs? Hum…

Des cosmétiques chouchous

Ceux-là, je les garde les deux!

Une routine mixte…

Du coup, aujourd’hui je vais assumer ma routine mixte et profiter du meilleur des deux mondes, en consommatrice avertie. Sans diaboliser tous les ingrédients synthétiques, je vais continuer de regarder de travers ceux qui sont problématiques et le fait que les fabricants nous prennent trop souvent pour des cons piches avec leur greenwashing tous azimuts. Mes trois motivations: l’environnement, ma santé, et faire les meilleurs choix pour ma peau sujette aux imperfections.

À chacun de dealer avec ses contradictions… les miennes sont d’être écolo, mais de rester attachée à certaines marques (de maquillage surtout) qui n’ont rien de vert. Du coup entre faire l’autruche et adopter un mode de conso de cosmétiques 100% vert, j’ai choisi d’être entre les deux…

Par contre, j’ai bien l’intention de continuer de tester régulièrement de nouveaux produits bio et naturels pour verdir le contenu de ma trousse progressivement! Car évidemment, cela prend du temps, des essais et des ratages pour trouver des équivalents plus « sains » à nos produits conventionnels préférés. À présent, côté soins, je me tourne naturellement vers du bio, même si ne m’interdis pas de piocher quelques produits de marques moins naturelles. Je n’ai pas encore trouvé d’équivalent aux beurres du Body Shop par exemple :/

Billet d'humeur beauté

Cherchez les intrus parmi ma routine presque naturelle ;)

Je suis contente aussi de constater qu’aujourd’hui, il y a de plus en plus de marques vertes – et que choisir ce rayon n’oblige pas à consommer des produits peu glamour. Formules et odeurs agréables, packagings soignés mais recyclables (enfin, pas toujours recyclables :/), le bio c’est devenu beau! Je vous avoue que je suis une consommatrice sensible au design et au marketing (c’est superficiel, mais c’est comme ça.) J’aime m’entourer de jolis objets, dans tous les domaines, alors j’apprécie les boîtiers de maquillage élégants, rétro ou plus kawaii!

Une conversion pas à pas

Du coup, je vous résume où j’en suis aujourd’hui dans mon adoption du bio. Depuis un an environ, j’entreprends de revisiter très progressivement les produits de ma salle de bain. J’ai commencé par observer la compo de ma crème de jour (Avène) – et décidé de m’en détourner car elle ne me convenait pas. Dedans j’ai trouvé entre autres des agents filmogènes (qui ont un caractère occlusif donc peuvent boucher les pores!) Pas l’idéal pour une peau sujette aux imperfections. Et une vraie déception envers les marques de pharmacie.

Avis sur les fonds de teint UNEDepuis, côté crèmes et soins du visage, je ne mise plus que sur des cosmétiques naturels, comme ceux de la marque Fleurance ou de Natura Siberica et sur des hydrolats et huiles végétales. Et depuis ce changement, je vois un résultat car j’ai moins d’imperfections. Je regrette juste de ne pas avoir sauté le pas plus tôt! Côté fond de teint, j’utilise du maquillage minéral et de UNE Beauty pour le moment.

Et dans la douche…

Au cours de cette année, j’ai aussi réalisé que nos gels douche contenaient des produits polluants pour les rivières et les océans – et que c’était bête de ma part d’avoir banni les produits toxiques de mon évier (produit vaisselle, détergents, lessive) consciencieusement… Mais de n’avoir pas pensé une seconde à regarder dans ma douche ! J’ignorais que des trucs qu’on met sur notre peau peuvent être dangereux pour la biodiversité.

Gels douche bio - blog rubrique beauteJ’ai commencé par regarder ce qu’il y avait dans mes gels douche, avant d’essayer  deux gels douche bio pour les remplacer (et ils m’ont convaincue!). J’ai l’intention d’acheter uniquement des gels douche naturels à l’avenir (mais bon, si j’en reçois des conventionnels dans une box ou à Noël, je les utilise tout de même. J’en ai encore quelques uns de Lush en stock notamment!)

Plans futurs: je me pencherai en 2016 sur ce qu’il y a dans mes crèmes pour le corps et mes baumes à lèvres, les shampoings et les mascaras, pour commencer…

Pollution et frustration

Ce qui m’énerve surtout, c’est de voir que les fabricants utilisent des substances polluantes à grande échelle sans se soucier de l’environnement, ou des substances soupçonnées d’être dangereuses pour notre santé en toute discrétion. Une raison de plus pour s’intéresser et (donner son argent!) à des marques éthiques, me direz-vous.

Dans mon monde idéal de bisounours, j’aimerais que les substances dangereuses pour la santé ou l’environnement soient simplement interdites, et que l’on puisse faire confiance à toutes les marques sans se poser de questions. Que ce serait simple un monde pas pourri par l’argent!

Pour moi, l’écologie devrait être l’affaire de tous, et ces sociétés pollueuses ont une responsabilité énorme et pourraient changer les choses à l’échelle mondiale en faisant un effort… Alors que moi, même si je continue mes petits gestes, j’ai l’impression que cela reste des pas de fourmi. Énorme frustration. Bon, mais il y a des bonnes nouvelles qui tombent parfois, récemment les microbilles de plastique ont été interdites aux USA par exemple!

Imparfaite, et alors?

Bon, je vais essayer de conclure ce long billet d’humeur… Après environ deux ans de réflexion sur le sujet, je ne suis donc toujours ni un exemple, ni parfaite, mais je l’ai accepté et je suis plus sereine face à mon miroir et face à mes convictions & contradictions. J’essaie de faire des efforts et de changer mes habitudes petit à petit, sans me priver d’utiliser aussi des produits conventionnels si je le souhaite.

Je continuerai de verdir ma trousse beauté au fil de mes découvertes… et je tenterai de les partager plus souvent avec vous. Et je pense que je vous parlerai aussi de produits pas 100% naturels que j’apprécie, en mentionnant bien sûr leurs bémols au niveau de la compo. Après tout, c’est peut-être en mettant le doigt sur leurs défauts et en montrant qu’on n’est pas dupes qu’on poussera les grandes marques à changer! Oui, je sais, idéaliste la fille. Mais qui sait? Si un poids lourd enlève un ingrédient polluant, quel impact!

Maquillage: un soupçon de bio

Mes fards bio se sentent un peu en sous-nombre dans le tiroir de ma coiffeuse…

… vous êtes encore là? Bon ben j’ai fini de vider mon sac, je me tais et je veux connaître votre point de vue maintenant!

Et vous alors? Êtes-vous des filles qui se fichent du contenu ou des bio addicts convaincues? Comment avez-vous fait cette transition, et avez vous aussi eu de la peine à dompter vos contradictions?

C’est d’autant plus dur je pense qu’on voit beaucoup d’intransigeance envers les gens qui adoptent un mode de vie + ou – « green ». On dirait qu’il faudrait être irréprochables pour avoir le droit de se dire écolo! Moi je suis ceinture jaune, et c’est déjà bien, non?

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someoneÀ partager en un clic!

14 petits messages ♡ sur Dilemme beauté: Tout bio or not tout bio?

  1. fedora
    janvier 28, 2016 à 1:15 (4 mois plus tôt)

    J’ai parfois l’impression que l’intransigeance vient de tous les côtés… j’ai parfois lu des com, où des nanas se faisaient incendier (par des vegan) parce qu’elles disaient qu’elles ne passaient pas au total bio ou au total vegan… Je trouve ça moche parce qu’on fait chacun comme on peut et voilà… chaque petit pas pour la planète (ou pour une éthique de vie, ou pour sa santé ou pour les animaux, ou pour des conditions de vie décente des travailleurs, ou…) est important. Plutôt que condamner une « démarche imparfaite », il faut (à mon sens) pouvoir saluer les efforts fournis. Bref, je suis comme toi : du bio et du pas bio :)

    Répondre
    • Kantutita
      janvier 29, 2016 à 7:05 (4 mois plus tôt)

      Tu as raison Fedora et je suis bien de cet avis: l’intransigeance de certains adeptes du bio ou de certains vegans ne fait que pousser les gens à s’éloigner de ces démarches… Alors que si chacun fait un petit pas, c’est déjà très bien! Et comme tu dis, on fait comme on peut! Ou comme on veut…
      :) Merci en tout cas pour ton commentaire!

      Répondre
  2. Aline
    janvier 28, 2016 à 9:57 (4 mois plus tôt)

    Je comprends tellement ton sentiment de frustration et d’impuissance quand on voit ces énormes entreprises faire n’importe quoi niveau écologie, tout ça au nom de l’argent. Je me demande parfois à quoi ça sert de faire attention et d’essayer d’améliorer notre empreinte écologique à l’échelle individuelle, mes efforts me semble si insignifiants… Et ça m’agace de culpabiliser de ne pas être une parfaite écolo, alors que ceux qui pourraient vraiment changer les choses semblent n’en avoir rien à faire.

    Je crois vraiment que chaque petit geste compte, et que c’est important d’être indulgent avec soi-même. Après tout, il faut bien commencer quelque part et mieux vaut faire « un peu » que rien du tout !

    Concernant les cosmétiques bio, ça fait quelques temps que je n’utilise presque plus que ça – à l’exception des mes jolies palettes UD et de ma collection de vernis à ongles ;) C’est venu petit à petit, j’ai commencé par remplacer ma BB crème remplie de silicones-berk, puis je me suis intéressée progressivement à d’autres produits. Avec des phases où j’avais l’impression que si je ne remplaçais pas tout le contenu de ma trousse de toilette IMMÉDIATEMENT, ça allait être la catastrophe. Alors que bon, jeter un produit entamé et encore utilisable, c’est pas très très écolo non plus. Et que si je me suis brossé les dents pendant 30 ans avec du dentifrice pas-bio-du-tout, un dernier tube ne devrait pas me tuer ^^

    Répondre
    • Kantutita
      janvier 29, 2016 à 7:03 (4 mois plus tôt)

      Merci Aline de partager aussi ton expérience :) Je suis passée par toutes ces phases que tu décris en effet!! Haha.
      Je me dis comme toi quand je découvre un indésirable dans la formule d’un tube entamé: je peux le finir, tant pis, ça fait 30 ans que j’utilise ce type de produits alors… c’est pas un mois qui va faire la différence!
      Une belle soirée à toi!

      Répondre
  3. Louisiane
    janvier 28, 2016 à 10:51 (4 mois plus tôt)

    Tu n’es pas seule! Je fais aussi des pas de fourmis et il faut partager notre histoire pour qu’il y ai à la fin des pas de géant.
    Je passe au bio petit à petit en étant imparfaite, dans 5 ans, peut-être, ma trousse de beauté, ma maison, ma salle de bain sera verte.
    Encore hier j’ai acheté un truc pas bio et pourtant cela fait un an que j’essaie d’y passer. Mais c’est plus fort que moi, j’aime tester et j’aime me maquiller.
    Je ne me suis pas fixée de dates pour être 100% bio, cela prends son temps. Je ne peux pas jeter du jour au lendemain tous mes rouges à lèvres, c’est pas possible!
    En tant qu’humain, on est contradictoire, c’est comme ça. Je le vis bien car je n’ai jamais dit que je serai 100% bio, dès le départ j’ai dit que je le ferai à mon aise et comme JE le souhaite.
    Enfin, on y pense pas souvent mais jeter ses produits de beauté pas bio c’est pas bien, c’est du gaspillage! C’est pas « bio » comme façon d’agir.
    Et si on a réfléchis pour notre trousse à beauté, on réfléchis aussi à notre mode de vie entier et c’est un grand changement qui prends du temps et qui demande qu’à être réfléchis et muri.
    Enfin n°2, Rachel talbott, youtubeuse maman/beauté américaine, qui utilise à moitié bio, à moitié pas, a fais remarquer dans une de ses vidéos que le plus important c’est le corps (s’hydrater avec des lotions bios par exemple) car c »est plus grand que notre petit visage.
    Voilà, je te souhaite une bonne soirée et une bonne continuation. Continue à partager ton histoire!

    Répondre
    • Kantutita
      janvier 29, 2016 à 7:00 (4 mois plus tôt)

      Coucou Louisiane! Ce que tu dis est très sage… il faut prendre le temps pour un tel virage! J’ai tendance à vouloir tout faire, tout de suite…
      Je vais faire comme toi et me laisser le temps qu’il faut pour être de + en + verte ;)
      Et comme tu le dis, jeter les produits qu’on a déjà, ce n’est pas écolo pour un sou non plus.
      Comme la youtubeuse, j’essaie de surveiller particulièrement les crèmes pour le corps: c’est vrai qu’on s’en met des litres alors, mieux vaut éviter les ingrédients toxiques dedans! C’est un bon conseil.

      Bon week-end à toi, et merci pour ton long commentaire. C’est vraiment chouette de pouvoir croiser nos expériences! :)

      Répondre
  4. Emeline
    janvier 29, 2016 à 12:05 (4 mois plus tôt)

    Hello ! Article très pertinent et intéressant ! Je suis passée pour la grande partie des soins au bio, mais du coup je culpabilise un peu quand je reprend du pas bio.. Par exemple les box beauté BeTrousse me tentaient depuis longtemps et les produits dedans ne sont pas forcément bio.. Mais après où se situe le plaisir ? Du coup je me dis que déjà avec le bio que j’utilise c’est déjà bien et puis basta lol !
    Bonne soirée :-)

    Répondre
    • Kantutita
      janvier 29, 2016 à 6:57 (4 mois plus tôt)

      Je vois que tu vis le même dilemme que moi! Tu as raison Emeline,il faut aussi qu’il y ait du plaisir!! Et c’est déjà bien d’avoir une partie de sa salle de bain en mode green :) Merci pour ton mot en tout cas!

      Répondre
  5. Amandine
    janvier 29, 2016 à 7:52 (4 mois plus tôt)

    2016 est pour moi l’année du tout bio ! Mais ça a pris du temps !!
    J’ai fini la majorité du maquillage que j’avais et j’ai racheté en bio ! Et puis pour éviter le gâchis, j’ai donné à droite et à gauche à celles qui se moquaient de ce qu’elles se collaient sur le visage !!
    Le bio a fait beaucoup de progrès : c’est accessible, beaucoup de choix, des couleurs intenses, personnellement je ne regrette pas !

    Ravie en tout cas d’avoir découvert ton blog, je repasserai assurément !!

    Répondre
  6. Loobee
    janvier 30, 2016 à 12:49 (4 mois plus tôt)

    tout à fait mon état d’esprit depuis bientôt 2 ans, les soins c’est dans la mesure du possible du « clean », le maquillage, c’est encore un peu compliqué. du moins, pour le teint, c’est opérationnel, pour les yeux, un peu moins, too faced et urban decay n’aidant pas vu la qualité de leurs fards ^^ en tout cas, j’apprécié énormément ton article, ta démarche, c’est bien ça le truc, c’est être une consommatrice avertie, après le reste, on s’en fiche, chacun voit midi à sa porte et le bio/pas bio n’est qu’un prétexte commercial de plus ;)

    Répondre
  7. ApollineR
    janvier 31, 2016 à 1:31 (4 mois plus tôt)

    Quand on s’intéresse un peu à l’écologie, ça peut être frustrant parce qu’on a beau faire des efforts sur certains plans, on continue à polluer sur d’autres plans. Moi j’utilise des cosmétiques bio (à part pour les crèmes solaires) mais je suis loin d’être exemplaire dans d’autres domaines (voiture, voyages…).
    D’autre part je suis d’accord avec toi qu’on fait peser beaucoup de responsabilité sur le consommateur alors qu’il n’a pas tous les outils pour être bien informé.
    Bref tu n’es pas la seule à avoir des dilemmes ;)

    Répondre
  8. Cathy / My Name Is Georges
    février 1, 2016 à 8:07 (4 mois plus tôt)

    J’ai dévoré ton article! Je suis comme toi, j’oscille entre green et pas green du tout dans ma salle de bain. Ma « prise de conscience » est assez récente, je remplace petit à petit tout ce que je peux par des produits éco-responsables, mais contrairement à toi, dès le début, je me suis dit que j’aimais beaucoup trop de maquiller pour renoncer à certains produits, notamment les beaux rouges à lèvre ou les fonds de teint. Pour l’instant en ce qui concerne le maquillage (et le parfum), je ne fais pas de concession, mais je me dis que pour tout le reste en revanche je fais de gros efforts donc bon… personne n’étant parfait :D … Ça passe!
    Des bisous

    Répondre
  9. Leslie - Tache de Rousseur
    février 6, 2016 à 12:17 (4 mois plus tôt)

    Si je me suis tournée vers les produits de soins bio il y a plusieurs années il ma fallu plus de temps pour passer au maquillage bio. Comme toi j’avais beaucoup de mal à me détourner de certaines marques que j’adore. Finalement si j’ai récemment décidé de ne plus acheter que du maquillage 100% green ce n’est pas pour le bio mais pour l’expérimentation animale. Je ne souhate plus acheter que des marques sans produits d’origine animale (vegan) et non testés sur les animaix (cruelty free). Ces marques sont souvent bio aussi donc c’este ncore mieux :) (mais l’inverse n’est pas vra).

    Répondre
    • Kantutita
      février 8, 2016 à 3:10 (4 mois plus tôt)

      Merci pour ton témoignage Leslie – j’espère avoir une trousse plus verte encore ces prochaines années.
      C’est vrai que c’est une raison supplémentaire pour miser sur du bio, le fait d’éviter les tests sur les animaux!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *