Profitez-en, les livres du grand John Steinbeck ne sont pas réputés pour leur aspect comique! Exception, Tortilla Flat est peuplé de personnages truculents, d’anti-héros tendres qui regardent la vie au fond d’un gallon de vin.

tortilla flatDans ce roman culte, le plus drôle écrit par l’auteur américain des Raisins de la Colère ou Des Souris et des Hommes– on suit les mésaventures d’une bande de joyeux drilles dans le petit village de Monterey, California.

Danny, Pilon, Pablo , Jesus Maria Corcoran et Big Joe Portagee passent leur vie à rêver et à boire, travaillent ensuite à droite à gauche pour gagner trois sous, s’offrent un gallon de vin et recommencent.

Leurs déboires et leur bêtise vous feront sourire tout au long de ce roman, qui porte le nom du quartier  pauvre sur les hauteurs de Monterey où ils résident, en bordure de forêt: Tortilla Flat.

Plans foireux et curieuses initiatives

monterey
Photo prise à Monterey, lors de mon pèlerinage en 2005 ;)

Parmi les différentes aventures qui composent le récit, il y a leur stratagème pour dérober le trésor du Pirate, un vagabond qui vit avec ses chiens. La rumeur prétend qu’il cache de l’or dans la forêt… Arriveront-ils à le piéger pour s’approprier le fruit de son travail?

Ce qui m’a fait le plus rire, ce sont les excentricités des compères pour séduire les femmes. Ainsi, Danny achète un aspirateur, marchandé avec brio au petit magasin de Monterey, pour l’offrir à sa belle. Sweets est ravie d’un tel cadeau! (Heu, j’ai oublié de préciser que ce livre a été édité dans les années 30!) Dommage: sa maison n’est pas raccordée au réseau électrique. Très fière, elle promène cependant son aspirateur, pour montrer aux voisins comme il roule bien, et imite avec enthousiasme le bourdonnement qu’il fera lorsque – elle espère- « des fils de fer plein d’électricité » viendront jusque dans sa maison… un jour certainement.

Un roman plein d’humour et de tendresse sur une bande de bons à rien attachants

Je vous l’avoue, John Steinbeck est un de mes auteurs préférés. Il raconte la nature humaine avec tellement de sensibilité… avec un penchant pour les gens de petite condition. Ses dialogues comme les anecdotes qu’il conte sont pleins de poésie comme d’authenticité. Même lorsqu’il évoque le sens de l’amitié d’une bande d’alcooliques oisifs vivotant sur les hauteurs d’un petit port de pêcheurs!

john steinbeckPour la petite histoire, en grande fan de cet auteur, je n’ai pas manqué de faire un petit pèlerinage au Centre Steinbeck de Salinas (sa ville d’origine) lors d’une mémorable virée en Californie. Dans ce lieu, on déambule à travers des décors grandeur nature inspirés de ses livres. C’est assez sympathique. Surtout, j’ai adoré me promener dans la ville de Monterey.

J’y ai rencontré des personnages dignes d’un roman de Steinbeck, deux vagabonds farfelus adeptes de poésie shakespearienne. Mais c’est une autre histoire…

C’est d’ailleurs à Monterey, dans une libraire de seconde main, que j’ai acheté un stock de livres de Steinbeck en anglais et mon exemplaire en VO de Tortilla Flat (photo ci-dessus), que je me suis empressée de relire pendant qu’un Greyhound m’emmenait plus loin sur la côte californienne…

J’espère vous avoir donné envie de découvrir Tortilla Flat!

Si vous souhaitez le commander en ligne, vous pouvez le retrouver dans ma bibliothèque (sponsorisée par amazone), avec ma sélection de livres préférés.

6 comments on “Tortilla Flat, le roman le plus drôle de Steinbeck”

    • Oh la, j’ai la pression maintenant, j’espère que tu vas aimer!! ;) Que tu es moderne, avec ton Kindle!!! Je crois que je pourrai jamais me résoudre à lire des romans sur des tablettes. :P

      • Et voilà, je l’ai dévoré dans l’avion et ai bien aimé! Tortilla Flat est en effet très étonnant comparé à ses autres romans!! Ce n’est pas mon auteur préféré mais je l’aime bien. Je vais continuer à suivre tes recommandations, j’adore lire mais manque souvent d’idées…

        Je faisais un petit blocage sur le Kindle au départ puis me suis résolue à essayer du fait du poids des livres…Je voyage pas mal en sac à dos, donc pas très envie de me trimballer avec des kilos de livres. Depuis, je suis conquise! Cela ne remplace pas le papier tout le temps (si j’adore un livre, je serai contente de l’avoir en version papier), mais au quotidien je suis devenue fan!! Mon seul regret: on ne peut pas encore tout trouver en version électronique…

        • Eh bien, tu es d’une rapidité Laurène! Le petit séjour à Monterey avec ces drôles de personnages t’as plu, super! Je suis ravie que tu veuilles suivre mes recommandations de lecture :) Je parlerai bientôt des bouquins que j’ai repérés à la Comédie du Livre (http://www.yapaslefeuaulac.ch/birdsandbicycles/coups-de-coeur-litteraires-a-la-comedie-du-livre)

          C’est vrai que pour un électron libre et à sac à dos comme toi, un kindle cela fait sens! …comme moi je lis sur ma terrasse, ou dans le tram, je suis bien avec mes bouquins papier!

          Tiens, je pensais par contre qu’aujourd’hui on trouvait tous les grands éditeurs en version électronique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *