Avec les romans policiers islandais et québécois Snjor & Nature Morte (Louise Penny), on plonge dans l’ambiance en huis-clos de villages coupés du monde…

Aujourd’hui, je pensais vous faire un article jardinage… Mais vu la météo du jour, je vais plutôt vous parler de mes dernières lectures! Parce qu’il fait un temps à se terrer sous un plaid, sur son canapé, avec une tasse de thé fumant plutôt qu’à traîner sur le balcon…

Romans policiers: Snjor de Jonasson et Nature morte de Louise Penny, conseils sur le blog lifestyle & culture Birds and Bicycles

 

J’ai lu ces chouettes romans policiers le mois dernier, et j’avais envie de vous en parler. J’aime lire ce type de fiction surtout pour leur ambiance, les personnages… L’intrigue, dans ces deux livres, est classique, du genre « Whodunnit » (Mais qui a commis le crime?!).

On se trouve à chaque fois dans un huis-clos, dans un petit village où un crime est survenu – ou est-ce un accident? Un des romans policiers se passe en Islande, l’autre au Québec – et dans chacun l’auteur déroule le fil du récit pour nous présenter les différents habitants des lieux, leur caractère et leur parcours de vie… jusqu’à nous révéler qui a commis le crime!

À voir aussi → Si vous êtes friands d’enquêtes, je vous parlais d’autres séries de romans policiers par ici: « les chats qui… » & Petra Delicado

Roman policier: Nature morte de Louise Penny

Nature morte de Louise Penny, chronique de roman sur le blog Birds and Bicycles

 

Le résumé par l’éditeur:

« Un dimanche d’automne, le jour se lève sur le charmant village québécois de Three Pines, et les maisons reprennent vie peu à peu. Toutes, sauf une… La découverte dans la forêt du cadavre de Jane Neal bouleverse les habitants de la petite communauté. Qui pouvait bien souhaiter la mort de cette enseignante à la retraite, peintre à ses heures, qui a vu grandir tous les enfants du village et dirigeait l’association des femmes de l’église anglicane ? L’inspecteur-chef Armand Gamache, de la Sûreté du Québec, est dépêché sur les lieux. Il ne croit guère à un accident de chasse… »

Mon avis sur cette enquête d’Armand Gamache

J’ai été attirée par cette série de romans policiers car… elle se déroule au Québec! Je suis un peu attachée à cette région depuis ma délocalisation à Montréal, et du coup cela me plaît beaucoup de m’immerger dans une histoire se déroulant dans un village tranquille de la Belle-Province… Notez cependant que l’auteure, Louise Penny, est canadienne anglophone, et que j’ai donc lu une traduction de Nature Morte (titre original: Still Life).

Les personnages du roman « Nature Morte »

J’ai particulièrement aimé le personnage d’Armand Gamache, l’enquêteur, son humanité et sa façon de penser… Du coup je prendrai à nouveau rendez-vous avec lui!

Sinon, je me suis vite attachée aux autres personnages, tous un peu excentriques. C’est un des points forts du roman. Et la figure de Jane Neal, la retraitée assassinée, est au cœur du récit, est on s’attache aussi à cette vieille femme, la gentillesse incarnée, en se demandant bien ce qu’elle a pu faire pour provoquer son agresseur… L’auteure sème aussi quelques personnages horripilants pour bien nous taper sur les nerfs!

Le style d’écriture m’a beaucoup plu, j’ai souligné plusieurs pensées poétiques ou déroutantes des personnages en tournant les pages!

Verdict:

J’ai été vraiment séduite par le style de l’auteure, et j’ai prévu de me mettre d’autres romans de la série sous la dent!!

Et je dis merci à ma belle-soeur Mumu, car c’est elle qui m’a fait découvrir Armand Gamache en me recommandant cette série!

« Nature Morte » de Louise Penny, Éditeur: Actes Sud, collection Babel Noir

Voir le livre en version poche

Roman islandais: Snjór de Ragnar Jónasson

Un polar islandais, dont la version poche à petit prix sort justement cette semaine!

Snjor de Ragnar Jonasson - conseil roman policier sur le blog

Le résumé de l’éditeur:

« Snjór (prononcer snioo(r)) : la neige, en islandais. Celle qui tombe sans discontinuer sur la ville la plus au nord de l’Islande, Siglufjördur. Un village de pêcheurs auquel on ne peut accéder que par un tunnel étroit, creusé à même la montagne. Ari Thór, qui vient de terminer l’école de police à Reykjavik, y est envoyé pour sa première affectation. Sa fiancée refuse de le suivre dans ce trou paumé.

Siglufjördur, la ville où il ne se passe rien, où personne ne ferme jamais sa porte à clef. Mais voilà : une jeune femme est retrouvée morte, à moitié nue dans la neige, un vieil écrivain renommé fait une chute mortelle dans le théâtre local. Ari Thor se retrouve plongé au cœur d’une petite communauté où chacun tient l’autre par ses mensonges et ses secrets… »

Mon avis sur ce roman glacé

Le cadre

Contrairement au roman précédent, on ne s’attache pas vraiment aux personnages. Ce qui m’a le plus marqué, c’est l’ambiance de Siglufjördur, ce village de pêcheurs au bout de l’Islande où se déroule le récit (et au nom déroutant à prononcer dans sa tête!). C’est l’hiver, et les routes vers le reste du pays sont coupées… Le décor a une couleur omniprésente: le blanc, celui de « Snjor », la neige en islandais. L’auteur réussit à instiller une impression de claustrophobie – celle ressentie par le personnage principal. J’ai eu des frissons en tournant les pages – pas à cause de l’intrigue, mais à cause des descriptions, brrrr!

Les personnages

C’est ici Ari Thor qui mène l’enquête, fraîchement débarqué de son école de police de Reykjavík pour renforcer l’équipe locale. Il tente de s’intégrer à ce petit village où tout le monde se connait, et tout se sait très vite! Lui-même est un gentil garçon un peu insipide, qui n’arrive pas à communiquer avec sa fiancée, laissée à Reykjavík à l’obtention de ce poste.

Les habitants du village , qu’on apprend à connaître au fil du récit, ont tous connu des événements tragiques dans leur vie. L’auteur parvient à dresser leur portrait, sans pour autant les rendre particulièrement attachants. Puis survient l’accident! Un vieil écrivain, qui aidait à monter la pièce de théâtre de la troupe amateure locale, trouve la mort dans les escaliers… Est-ce un accident? Quelqu’un l’a-t-il poussé? Ari Thor va tenter de démêler le vrai du faux en interrogeant les différents comédiens… Et déterrer quelques secrets du passé au passage!

Verdict:

J’ai beaucoup aimé ce roman, surtout pour son cadre et la description de la vie dans une petite communauté! J’ai vraiment eu l’impression de voyager dans un bout d’Islande, en plein hiver, brrrrr… L’intrigue m’a bien plu aussi, mais je n’en dirais pas plus de peur de vous spoiler… Comparé au roman québécois, les personnages ont une certaine retenue, et ont chacun leurs secrets.

Ce qui est savoureux, c’est d’apprendre que les grands-parents de l’auteur sont originaires de Siglufjördur, le village où il a ancré son récit!! Pas étonnant qu’il réussisse à le rendre si vivant… Même s’il précise à la fin du livre que tous les protagonistes sont uniquement des personnages de fiction!

« Snjór » de Ragnar Jonasson aux Éditions de la Martinière.

Voir sur Amazon ici la version poche, qui sort cette semaine chez Points à petit prix.

Romans policiers: Snjor de Jonasson et Nature morte de Louise Penny, conseils sur le blog lifestyle & culture Birds and Bicycles

 

× VOIR TOUS LES ROMANS POLICIERS SUR LE BLOG

 

Alors, avez-vous envie de lire Nature Morte ou Snjór? L’un des deux romans vous fait-il plus envie? Et connaissiez-vous déjà ces auteurs?

*Les liens vers Amazone sont affiliés

2 comments on “Deux romans policiers à lire sous un plaid”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *