*Mis à jour après l’événement avec mes retours *

Demain commence la Comédie du Livre, le salon du livre en plein air de Montpellier! J’ai trop hâte de me balader sur l’esplanade à travers ses stands (et de revenir chargée de romans bien sûr) et de suivre des rencontres avec des auteurs. Surtout que cette année, pour la 30ème édition, des écrivains espagnols ont été invités pour le volet international du festival. L’espagnol étant ma langue de cœur, je suis très sensible à ses sonorités.

Comme l’organisation des conférences et le programme sont tellement riches qu’ils en deviennent confus, je voulais vous mettre en avant les événements qui me parlent le plus, et qui donneront peut-être des idées aux lecteurs du blog montpelliérains pour aborder la manifestation!

ComedieduLivre-Montpellier

Les auteurs de ces romans seront à Montpellier pour la Comédie du Livre  ^^ J’espère obtenir une dédicace à Titiou Lecoq et de Alicia Giménez Bartlett. J’ai bien aimé l’héroïne de sa série noire, Petra Delicado!

Mon choix d’événements à la Comédie du Livre

  • Différents petits-déjeuners et apéros littéraires sont organisés avec les auteurs espagnols et portugais invités. Je me rends vendredi matin à celui avec LucÍa Etxebarria, la fameuse auteure de « Amour, Prozac et autres curiosités » ou « Aime-moi por favor ». Ayant beaucoup aimé ces recueils d’histoires mettant en scène la condition féminine et des relations ratées, j’ai hâte de la rencontrer! Attention, il faut s’inscrire à ces événements en avance.

Mon avis après l’événement: La formule du « petit-déjeuner avec… » est très sympa, on se retrouve en petit comité avec un/e auteur/e, ici dans la cour d’un hôtel particulier. Lucía Etxebarria, 49 ans, nous a malheureusement surtout parlé  de son dernier livre, un essai sur les relations toxiques, alors que j’étais plus intéressée par sa plume et ses romans que ses expériences personnelles en matière de couple. Enfin, elle était là pour faire la promo de ce livre, donc c’est normal! Son intervention a beaucoup tourné autour de sa vie privée.

  • Comme la richesse culturelle de l’Espagne ne s’arrête pas à la littérature en espagnol, mais comprend aussi ses autres langues officielles, des ateliers de découverte au basque, au galicien, au catalan ou au castillan (l’espagnol, donc) sont organisés. Avec à chaque fois la présence d’un écrivain, d’un prof et d’un œnologue. Je me suis inscrite et j’ai hâte d’écouter l’écrivain Bernardo Atxaga nous parler en basque! Et d’en apprendre plus sur cette langue tellement intrigante.

L’introduction au basque a été faite par un jeune Espagnol très motivé, je crois que c’était un doctorant de l’Université, c’était bon enfant et sympathique, et il était bien courageux de se lancer en français. Il nous a proposé un résumé de l’identité basque avant de nous apprendre quelques mots. Ensuite l’écrivain Bernardo Atxaga est arrivé et a répondu à des questions plus ou moins intéressantes du public. Il parlait si doucement qu’il était difficile de l’entendre, mais son témoignage sur son choix d’écrire en basque était intéressant!!

  • L’éditeur du Sud Au Diable Vauvertque j’adore – fête ses 15 ans au Rockstore le vendredi soir. Mais l’après-midi à 15h30 sur leur stand, une autre rencontre est prévue avec l’éditrice de la maison, Marion Mazauric, et ses auteurs, sur le thème « 15 ans de choix littéraires ». Ce sera l’occasion de voir Titiou Lecoq, l’auteure des Morues.

Une rencontre vraiment sympa pour découvrir l’éditeur basé dans le Sud, avec comme special guest Oxmo Puccino. Le meilleur événement du festival a été pour moi le concert lecture des Garçons Manqués au Rockstore pour les 15 ans du Diable, une prestation à ne pas manquer de l’auteur Nicolas Rey avec à la guitare Mathieu Saïkaly, si vous avez l’occasion de les voir sur scène. Les reprises de chanson de l’un font écho aux extraits de textes empruntés ou écrits par l’autre. Vraiment génial!

  • L’invitée d’honneur du festival est Lydie Salvayre, qui a reçu le Goncourt l’an dernier. Le dimanche soir à 20h30, elle parlera de son roman primé, « Pas pleurer », et clôturera le festival, au Corum (Salle Pasteur).

>>> Et…Il y a aussi des lectures pour les bébés et les enfants, le salon du livre d’artiste à l’espace Dominique Bagouet (sur l’Esplanade toujours), des expos, et bien sûr des séances de dédicace. Dans le programme, on retrouve même les horaires durant lesquels les auteurs signeront!

Cliquez sur le programme ici pour voir les lieux et les horaires, ainsi que les mails où s’inscrire pour les rencontres. Pour l’avoir vécu au cours des précédentes éditions, notez que les horaires des conférences sont parfois chamboulés sans avertissement! Oui, peut-être que je râle encore à cause de mon côté suisse.

Sur ce je vous laisse! Peut-être que je vous ferai un petit retour après l’événement, si ça vous dit! Comme je l’avais fait lors de l’avant-dernière Comédie du Livre dédiée au Maghreb.

Comme vous l’avez peut-être vu sur Hellocoton, j’ai été silencieuse cette semaine parce que mon ordi m’a lâché samedi dernier (argh) – le temps de tout réparer et avec le boulot, je n’ai pas eu une seconde pour le blog…

Et ceux qui sont sur Montpellier, avez-vous prévu de vous balader à la Comédie du Livre?

4 comments on “Mes rendez-vous à la Comédie du Livre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *