Le lundi, j’aime bien vous parler des romans que j’ai lus et appréciés! Ma dernière lecture en date est un clin d’œil au Japon, un recueil d’enquêtes de l’auteur Kidō Okamoto qui met en scène un Sherlock Holmes nippon. Son titre: « Fantômes et Kimonos« . Oui, oui, vous avez le droit de trouver que je deviens monomaniaque avec le Japon! En fait, avec cette lecture, je participe au challenge littéraire organisé par Adalana dont le but est de lire des auteurs nippons. Une excellente idée! Vous pouvez retrouver la liste des participants par ici. Mais revenons à notre bouquin…

Fantômes et Kimonos, Hanshichi mène l'enquête à Edo

« Fantômes et Kimonos, Hanshichi mène l’enquête à Edo »

Ce recueil d’énigmes policières raconte les enquêtes de l’inspecteur Hanshichi, dans le Japon du 19ème siècle. Chats fantômes, génies des rivières et autres créatures surnaturelles se trouvent sur le chemin du policier. Avec de la méthode et beaucoup d’intuition, il déjoue les ruses et complots des malfrats et trouve des explications rationnelles à ces phénomènes surnaturels, relayés par une population très superstitieuse!

Fantomes et SamouraisCe recueil est le deuxième tome des enquêtes de Hanshichi. J’avais découvert le premier par hasard dans ma librairie, attirée par la couverture aux motifs japonais. Son titre est très similaire, « Fantômes et Samouraïs« , et il est aussi publié par Picquier, éditeur spécialisé dans la littérature asiatique. Ne vous trompez pas de titre! Mais bon, les histoires n’étant pas chronologiques, cela ne pose pas forcément un  problème de commencer par le tome 2.

La vie à Edo, avant Tokyo

Chaque chapitre raconte une des enquêtes d’Hanshichi, cocasses et pleines de détails inattendus. J’ai aimé ces histoires de fantômes, geishas et samouraïs qui nous projettent à Edo dans les années 1850, et fournissent de nombreux détails sur les traditions et la vie japonaise de l’époque. Nous sommes donc à Edo, ancien nom de Tokyo alors que le pays était gouverné par le shogunat. Quelques années plus tard, le pouvoir de l’empereur sera restauré.

Surtout, ce qui est agréable, c’est que ces détails culturels ne prennent pas le dessus sur les histoires policières: ils sont imbriqués dans le récit, mais il n’y a pas de longs paragraphes rébarbatifs pour expliquer les détails des traditions, comme dans certains romans historiques.

Une lecture pour les inconditionnels du Japon

Je ne conseillerai quand même ces bouquins qu’à des gens attirés par le Japon et ses coutumes! Sans intérêt pour celles-ci, vous pourriez trouver le récit un peu désuet. Il faut dire que ces histoires ont été écrites par Kidō Okamoto (1872-1932) au siècle passé, dès 1917. Fils d’un samouraï et auteur de théâtre, il a inventé le genre littéraire policier au Japon avec cette série! Et comme souvent en refermant un roman à suites, je suis un peu triste de ne pas avoir un autre tome à me mettre sous la dent. J’espère que d’autres enquêtes d’Hanshichi seront traduites du japonais, qui sait! J’aimerais me plonger encore dans ces énigmes où les chats fantômes sèment la panique, avant qu’Hanshichi ne remette les choses au clair!

  • Tome 1: « Fantômes et Samouraïs » de Kidō Okamoto, 7.50 € aux éditions Picquier
  • Tome 2: « Fantômes et Kimonos » de Kidō Okamoto, 9 € aux éditions Picquier

À commander dans votre libraire, parce qu’ils ne sont pas faciles à trouver en ligne!

Alors, avez-vous envie de sauter dans une machine à voyager le temps pour vous balader à Edo avec Hanshichi? Et si vous avez d’autres suggestions de lectures japonaises, je vous écoute!

6 comments on “Fantômes et Kimonos: Les enquêtes d’un Sherlock Holmes nippon”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *