Tu tueras l'ange - roman

Envie de nouvelles lectures? Je vous parle de deux romans qui s’immiscent dans les méandres de la psychologie humaine, entre Pavlov et Freud! L’un met en scène un anti héros et une prédatrice aux affections mentales étranges, l’autre fait du père de la psychanalyse un personnage de roman.

Avec les beaux jours, je profite du week-end pour me poser sur le balcon, mes lunettes de soleil sur le nez, et me plonger dans la lecture de romans… C’est tellement agréable de lire en plein air et de prendre le temps de se poser loin des écrans! Bon, le comble c’est que le week-end dernier j’ai réussi à prendre froid par 25 degrés (championne) et je suis restée clouée au lit la moitié de la semaine, avec une angine et de la fièvre. (ARGH! En plus c’est l’angoisse de pas pouvoir bosser quand tu es freelance avec des mandats qui prennent du retard)

Heureusement, ce roman envoyé par l’éditeur Robert Laffont dans le cadre d’un partenariat m’a tenu compagnie et remonté le moral… Je l’ai dévoré en 3 jours et le récit comme les personnages m’ont happés ! Un très bon divertissement à lire cet été si vous êtes adeptes de polars. Je pense qu’on va en entendre parler car c’est le deuxième tome d’une série d’enquêtes de l’auteur italien Sandrone Dazieri, dont le premier livre (Tu tueras le Père) a été très remarqué.

Et plus bas j’ai un deuxième polar à vous conseiller, autour de Freud en Amérique…

Polar: « Tu tueras l’ange » de Sandrone Dazieri

Polar: Tu tueras l'ange

Le contexte et l’intrigue

À peine plongé dans « Tu tueras l’ange« , on se retrouve accroché à l’intrigue. On suit l’enquête de Colomba Caselli, autour d’un étrange attentat perpétré dans un train… Tous les passagers de la classe affaires sont morts. Pourquoi? Comment? Des islamistes revendiquent l’attentat, mais quelque chose ne colle pas pour Colomba… Ses recherches, avec l’aide de Dante Torre, la mèneront sur les traces de la dangereuse Giltiné, sorte d’ange de la mort qui laisse une série de carnages dans son sillage. Cette femme est la victime de mystérieuses expériences sur des humains, inspirées par les recherches de Pavlov, et cherche à se venger de ses anciens tortionnaires…

Les évènements s’enchaînent et nous entraînent dès le premier chapitre, et le récit ne faiblit pas d’intensité jusqu’au bout! « Tu tueras l’ange » est un page-turner addictif, dans un style simple et direct qui laisse la part belle à l’action. Même s’il s’agit du deuxième tome des enquêtes de Colomba et Dante, l’auteur réexplique ce qui est nécessaire, et même si j’ai bien l’intention de lire le premier tome (Tu tueras le père), cette lacune ne m’a pas empêché de comprendre et d’apprécier l’histoire.

Mon avis sur ce roman et ses personnages

J’ai aimé autant l’intrigue que les personnages. Colomba Caselli, flic têtue qui fonce malgré les instructions de sa hiérarchie, s’appuie sur son ami Dante Torre, un homme névrosé mais à l’esprit de déduction génial! Toujours bourré de médocs, il peut à peine sortir de chez lui à cause de sa claustrophobie, mais s’accroche dans cette enquête entre Rome, Berlin et Venise. Cela donne lieu à des situations improbables… Et c’est un personnage attachant et cocasse! Les deux limiers tentent de retrouver la trace de l’insaisissable et fascinante Giltiné, une prédatrice dont il vaut mieux ne pas croiser la  route… Une femme de petite stature mais aux ressources et à l’apparence surnaturelles!

J’ai été vraiment embarquée par l’intrigue complexe, avec comme toile de fond de mystérieuses expériences sur des humains menées par un héritier de Pavlov dans un lieu appelé « La Boîte »… En revanche je suis vraiment restée sur ma faim pour éclaircir ce chapitre, mais… le récit se termine en point de suspension, peut-être que dans le prochain tome on aura droit à plus d’éclaircissements?!

« Tu tueras l’ange » aux éditions Rober Laffont, collection la Bête Noire, paru en mai 2017. Dispo en librairie et sur Amazon.

*Chronique issue d’un partenariat avec Robert Laffont – J’ai choisi ce roman et j’ai accepté de vous en parler car il m’a beaucoup plu!

Roman policier: « L’interpréation des meurtres » de Jed Rubenfeld

Roman: the interpration of murder

J’ai lu ce roman en anglais (VO), sous le titre « The Interpretation of Murder ». À conseiller si vous avez un niveau avancé dans cette langue. (Sinon, d’autres pistes ici)

Le contexte et l’intrigue

Je me suis plongée dans ce roman et son intrigue avec curiosité, mais sans en attendre grand chose, et finalement il m’a beaucoup plu! « The interpretation of murder » (L’interprétation des meurtres en VF) est le premier roman du professeur de droit américain Jed Rubenfeld. Il s’appuie sur la visite de Freud à New-York en 1909, accompagné de Carl Jung et accueilli par des psychanalystes américains, et la mêle à une enquête policière qui se déroule en parallèle.

Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de luxe. Fait à noter: elle se trouve en petite tenue, les mains attachées au plafond, et a été fouettée avant d’être étranglée. Juste après l’examen du médecin légiste, le corps est cependant volé! Le lendemain, une jeune fille de bonne famille, Nora Acton, est retrouvée en mauvaise posture, dans une position similaire! Elle réussit à crier pour faire fuir son agresseur, mais perd la voix et la mémoire dans l’incident… Stratham Younger, disciple américain de Freud, accepte de prendre le cas en main. Ce narrateur candide nous permet de pénétrer facilement dans l’univers de la psychanalyse, une pratique récente alors, fondée par Freud, et suscitant encore des méfiances. Épaulant le détective Jimmy Littlemore, il essayera d’aider Nora à retrouver la mémoire, et l’identité du meurtrier! Les soupçons vont vers le puissant George Banwell, un ami de la famille Acton qui cultive un goût prononcé pour la jeune fille… Mais comment prouver sa culpabilité?

Mon avis sur ce roman

J’ai aimé le déroulé de l’enquête et ses rebondissements (moins le dénouement par contre), ainsi que la façon avec laquelle l’auteur s’est appuyé sur des faits réels pour plein de détails. Les dialogues entre Freud et son disciple Jung sont issus de leur correspondance par exemple, et les cas de psychanalyses évoqués ont été inspirés par des études réelles menées sur des patients par Freud. Un très grand nombre de personnages ont réellement existé, même si l’auteur a pris des libertés avec le timing et leur caractère pour ficeler son récit. Le décor début du 20ème est aussi très séduisant!

C’est surtout fascinant de s’immiscer dans ce monde de la psychanalyse. Pour moi ce roman à vraiment été une bonne surprise, et un bon divertissement, autour d’un Freud à la figure paternelle attachante, déboussolé par la folie de l’Amérique et les réticences de son antipathique héritier, le Suisse Carl Jung. Finalement, ces deux-là semblent aussi tordus que leurs patients!

« The Interpretation of Murder », Jed Rubenfeld, paru en 2006, dispo en anglais sur Amazon.fr Il est traduit en français chez Pocket et se trouve facilement d’occasion par là. En 2011, l’auteur a publié une nouvelle enquête reprenant Younger et Littlemore dans les rôles des limiers.

Et vous, quels sont vos romans policiers pour décrocher cet été? Un de ces romans vous fait-il envie? Et quelqu’un a-t-il déjà lu « Tu tueras le Père »?

6 comments on “Deux polars pour l’été”

  1. Ces deux livres ont l’air très sympa ! Merci pour la chronique :-) Mes polars d’été sont « jeune et innocent » de Josephine Tey et « sombre mardi » de Nicci French.

    • ^^ Merci pour ton mot Titi! Et toi tu avais lu « Tu tueras le Père » avant?
      Je vais rattraper ma lacune cet été! Une belle journée et des bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *