L'Arabe du Futur

Le week-end dernier, j’ai dévoré la BD de Riad Sattouf « L’Arabe du Futur ». L’auteur et dessinateur français d’origine syrienne y raconte son enfance au Moyen-Orient dans les années 80, en montrant certaines absurdités et les difficultés de la vie dans ces pays. Ce roman graphique a raflé le Fauve d’or du festival d’Angoulême 2015! Je vous raconte les grandes lignes de l’histoire ci-dessous, avant de vous donner mon avis. Ce billet participe à l’opération blogueurs « La BD fait son festival« . J’ai ainsi pu recevoir l’album – qui figurait déjà sur ma wishlist – alors merci beaucoup à Price Minister qui en est l’organisateur.

Une enfance entre la Libye et la Syrie

Tout commence lorsqu’une Bretonne rencontre un Syrien sur les bancs de la Fac à Paris. Celui-ci tient tout un tas de théorie sur le développement des pays arabes, et a de grandes attentes sur « l’arabe du futur ». Ils tombent amoureux et ont un premier enfant, l’auteur de la BD, Riad. Après son doctorat en sciences, le père de Riad souhaite retourner au Moyen-Orient et décroche un poste dans la Libye de Khaddafi. Bien sûr, il emmène sa petite famille avec lui. Ils découvrent la vie sous le régime du général, avec quelques bizarreries à la clef: la propriété immobilière est abolie. Les habitants se livrent donc à un jeu de chaises musicales avec leurs maisons et appartements- de quoi les désemparer! Bien sûr, le niveau de vie est bien plus bas qu’en France – chantiers jamais terminés et déchets ponctuent le paysage urbain.

Puis, après cette expérience, le père de Riad parvient à réaliser son rêve: retourner en Syrie, alors gouvernée par Hafez al-Assad. Il y possède un terrain, sur lequel il compte construire une villa et vivre… à côté de sa propre mère et du reste de sa famille syrienne. Le choc culturel est total quand Riad et sa mère bretonne rencontrent la belle-famille. Elle se retrouve avec les femmes à manger les restes de repas des hommes – alors que le petit Riad est encouragé à se battre avec ses cousins – qui ne le ratent pas!

Heureusement, ils vivent dans un logement à eux. Malgré tout, Riad a de la peine à passer inaperçu avec ses boucles blondes. D’autant plus qu’il ne parle pas tout de suite arabe. La méchanceté de ses cousins qui le traitent de « juif » et le frappent, sous l’œil bienveillant des parents, déroute le gamin. Il se fait finalement quelques amis – mais la vie est dure en Syrie!

Quand ils retournent tous chez sa grand-mère en Bretagne, il est soulagé… Avant de comprendre qu’ils ne sont là que pour les vacances!

Mon avis sur « L’Arabe du Futur »

Dans cette BD, le génial réalisateur de « Jacky au royaume des filles » nous permet de nous immerger dans la Libye ou la Syrie des 80s, pour imaginer à quoi pouvait ressemblait la vie d’une famille expatriée. Celle-ci vit en huis-clos, et pourtant il nous montre combien le choc culturel a dû être grand – et déroutant pour sa mère.

J’ai apprécié le fait que le récit de ce roman graphique soit assez long (160 p.), car je ressors souvent frustrée des BDs lorsque les pages filent trop vite! Les anecdotes, racontées du point de vue d’un enfant, en disent long sur ces pays. Cependant, les questions politiques se déroulent à l’arrière-plan, de manière subtile.

Le plus étonnant dans l’histoire, c’est la façon dont le père de Riad est représenté. Malgré ses théories et envies progressistes, qu’il clame haut et fort à Paris, il semble se conformer aux traditions une fois de retour au pays. Plein de contradictions, il a la tête pleine d’ambitions, une grande gueule, mais n’agit pas derrière. J’ai détesté ce personnage! Ainsi, par exemple, la construction de la maison promise ne démarre jamais. La mère de Riad, femme au foyer, tient son rôle de manière stoïque et suit son mari d’un pays à l’autre. Elle finit par hausser la voix lorsque Riad doit être inscrit à l’école publique syrienne, et qu’elle comprend la cruauté des gamins du coin – qui empalent un chien sous ses yeux. Son enfant n’ira pas en cours avec les autres! Une décision qui arrange bien Riad… qui se préparait à recevoir des raclées de ses chers camarades. Le pauvre!

J’ai dû mettre un note à cette BD dans le cadre de l’opération blogueurs: 18/20

En plus, « L’Arabe du Futur » devrait avoir une suite, et à terme compter 3 volumes. J’ai vraiment hâte de les lire!

Si vous voulez retrouver cet album en ligne, cliquez ici!

Et vous, connaissez-vous Riad Sattouf et l’Arabe du Futur? Avez-vous envie de lire ce roman graphique?

6 comments on “BD: L’Arabe du futur”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *