Atelier de confituresLa semaine dernière, j’ai entrepris de faire de la confiture. Ce n’était pas la première fois, mais pour cette occasion, j’avais à ma disposition 5 kilos de fruits – beaucoup plus que d’habitude. J’ai d’ailleurs largement sous-estimé le nombre de bocaux nécessaires – alors je vous dis pas le mic-mac! J’ai dû entreposer ma préparation dans des verres à eau fermés par du film plastique, le temps de retourner acheter un lot de bocaux supplémentaire le lendemain. Il paraît qu’en refaisant bouillir le mélange pour garnir les nouveaux contenants il n’y a normalement pas de problème – mais si ma confiture devient verte dans un mois je vous ferai savoir que c’était une mauvaise initiative!

Confiture à l’abricot

Tadam, et voilà le résultat de mon atelier maison! J’en suis pas peu fière.

Atelier de confituresAtelier de confituresConfitures à l'abricot Confiture à l'abricot faite maisonAtelier de confitures

Cet atelier de confiture m’a amené à réfléchir à ces petites choses que savaient faire nos grands-mères mais qu’on a tendance à oublier dans nos vies de citadines actives bien remplies. Ces choses si simples, mais qu’on a déléguées aux industriels par facilité. Alors que la tartine du petit-déjeuner sous sa couche de fruits préparée en usine a tout de même moins de goût! Il y a bien sûr la solution de trouver de la confiture artisanale sur un marché, mais je trouve que ces pots sont souvent chers.

Verdict: la faire soi-même, c’est amusant, économique, et tellement meilleur! Là, pour réaliser 12 pots de tailles variables, il m’a fallu une barquette de 5 kilos d’abricots achetés 10 euros en Provence. Des bocaux. Du sucre. Et contre quelques heures de travail, j’en ai une dose qui va durer des mois, même après des petits cadeaux aux amis! Me reste encore à trouver un emplacement de stockage « sec, sombre et frais » dans mon deux-pièces montpelliérain surchauffé par l’été (ô foutue canicule qui me fait dépérir – oui le désespoir me rend ridiculeusement lyrique). Et à les surveiller un peu car comme d’hab, j’ai opté pour une recette avec un peu moins de sucre que l’exige la tradition des 80% – et c’est le sucre qui sert de conservateur dans la confiture.

Vraiment, je suis de plus en plus séduite par le do it yourself at home (ma culture de champignons compte-t-elle? Hum…) et je cherche d’autres pistes pour mettre la main à la pâte!

Et vous, êtes-vous prêts à préparer de la confiture? Avez-vous d’autres petits gestes que vous avez récupérés de vos grands-mères à me souffler?

2 comments on “Atelier de confitures”

  1. Aaaaah les confitures maison c’est tellement chouette ! C’est d’ailleurs un de mes souvenir d’enfance préféré, la bonne odeur de la confiture en train de cuire qui se répandait dans tout l’appartement :)

    Du coup c’est une habitude que j’ai reprise en partant de chez mes parents, j’en fais tous les étés, d’abord aux fraises puis au abricots, et j’espère bien réussir à récolter des mûres cette année. Mes confitures se gardent sans problème plusieurs mois alors que je mets toujours moins de sucre que ce que préconisent les recettes et que je ne les conserve pas spécialement au frais (par contre le bocal file au frigo dès qu’il est ouvert, sinon c’est la foire aux moisissures en un rien de temps).

    J’adore tes bocaux avec le carré de tissu et la petite ficelle, c’est super joli :)

    • Tu as l’air d’être une experte! En tout cas merci tu me rassures à propos de la température. Oh, c’est chouette de varier les fruits ^^ J’ai tout misé sur les abricots et du coup je ne vais manger que ça pendant des mois au petit-déj hihi.

      Merci pour le compliment sur les jolis bocaux – je les ai simplement trouvés chez Casa ;) Tissu à pois inclus! Mais sinon c’est facile à faire, avec des coupons de tissus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *