Arashiyama - Temple du TenryujiAujourd’hui, je vous emmène au Japon, dans un lieu qui m’a particulièrement enchanté le temps d’une journée: Arashiyama.

Ce quartier situé aux alentours de Kyoto se trouve au pied d’un mont peuplé de singes, à côté d’une rivière. C’est un lieu à ne pas manquer si vous avez la chance de visiter le coin!

Nous allons commencer par une promenade dans un très beau jardin japonais,  avant de traverser le Togetsukyo, le pont emblématique d’Arashiyama… Alors, vous venez?

 

Le jardin japonais du Tenryu-ji

Ce jardin de toute beauté se trouve dans l’enceinte d’un temple japonais, le Tenryu-ji .

Son paysagisme épouse harmonieusement la géographie des lieux, composée de collines. Il est organisé autour d’un grand étang dans lequel le ciel se reflète. Avec le feuillage vif des arbres, le contraste était magnifique lorsque j’y suis passée en novembre dernier!

Arashiyama - Temple du Tenryuji

Effet fish-eye!

Arashiyama - Temple du Tenryuji

Entrer dans un jardin japonais est toujours une expérience fascinante. La façon de concevoir ces espaces diffère tant des jardins à la française ou à l’anglaise que nous connaissons. La nature semble reprendre ses droits, et en même temps la forme des arbres est maîtrisée. C’est un exercice subtil de domestication de la nature sauvage – tout en lui laissant une marge de manœuvre. En tout cas, j’ai profité de mon mois au Japon pour visiter plein de jardins, et  j’ai toujours été transportée par l’impression de sérénité qu’ils dégagent. Celui-ci en particulier!

J’ai aussi beaucoup aimé les tapis de mousses de ce jardin… Les Japonais les cultivent et les considèrent comme des plantes ornementales.

Arashiyama - Temple du TenryujiArashiyama - Temple du TenryujiArashiyama - Temple du Tenryuji

Ci-dessus, on aperçoit le jardin secret du temple, réservé aux moines, et les galeries par lesquelles ils circulent d’un bâtiment à l’autre..

J’ai eu la chance de visiter le jardin du Tenryu-ji durant l’automne, période où les feuilles des momiji virent au rouge. Ces érables à petites feuilles sont cultes au Japon. Tout le monde sort son appareil photo pour les immortaliser, une momiji-mania à l’échelle nationale!

MomijiArashiyama - Temple du Tenryuji

Le pont d’Arashiyama

Ensuite, après la visite du jardin, il faut passer par les rues marchandes pour rejoindre et traverser le pont Togetsukyo, emblème de la ville. La rivière Hozu change de nom alors qu’elle passe dessous, et devient la rivière Katsura!

Quartier d'Arashiyama, Kyoto: Le pont emblématique du lieuQuartier d'Arashiyama, KyotoQuartier d'Arashiyama, Kyoto

De l’autre coté de la rivière, nous avons grimpé au sommet de la colline pour embrasser une vue de Kyoto et observer les singes. Une colonie de macaques en liberté vit en effet au sommet! (Of course, j’ai pris mille photos et vous les montre ici, dans un autre billet!)

Singes Arashiyama Kyoto

De retour en bas, nous avons mangé un plat de udon copieux pour quelques euros, et pris une tasse de thé vert accompagnée d’une drôle de confiserie japonaise de couleur assortie. Délicieux!

patisserie japonaise et the vertNous nous sommes aussi longuement baladés dans le quartier, très animé! Les restaurants à nouilles, boutiques de thé, de kimonos et de souvenirs sont très nombreuses. L’occasion de craquer pour de jolis furoshiki (j’adore les tissus japonais).

geishaMais les motifs les plus chatoyants étaient à repérer dans la cohue: de nombreux hommes et femmes  avaient mis leur plus beau kimono pour se promener à Arashiyama! Un ravissement pour les yeux…

Avant de quitter ce quartier à l’atmosphère si animée, nous avons flâné dans une forêt de bambous. Et là, au crépuscule, surprise: deux geishas au visage peint en blanc et au kimono coloré sont apparues, avant de filer sur un pousse-pousse…

Un instant poétique pour conclure cette belle journée!

 

Notes pratiques du voyageur:
  • Une après-midi suffit pour visiter les curiosités d’Arashiyama. Comptez une journée si comme nous vous avez envie de traîner dans les boutiques, parmi les singes et dans la bambouseraie. Pour manger un morceau sur place, il y a l’embarras du choix!
  • Des trains JR mènent de la gare centrale de Kyoto à Arashiyama (arrêt Saga-Arashiyama) très régulièrement. Il suffit ensuite de quelques minutes de marche pour rejoindre le jardin, les rues marchandes et le pont.
  • L’entrée au Tenryuji coûte 500 Yens (moins de 5 euros). C’est le prix type pour visiter un temple!

Voilà pour la balade, j’espère qu’elle vous aura plu. La suite ici, je vous emmène au sommet de la colline d’Arashiyama pour dire bonjour aux singes!

 

9 comments on “Sous le charme d’Arashiyama”

  1. Une visite très sympa ! On avait aimé aussi. Et ce qui avait beaucoup amusé mes enfants dans le parc des singes, c’est d’être enfermés dans une cabane pour donner à manger aux singes qui eux étaient en liberté !

    • Oh oui, vous êtes aussi allés là, je me souviens d’avoir lu un article sur ton blog.

      Ha ha, cela m’a beaucoup amusée moi aussi de donner à manger aux singes. Je suis une vraie gamine!

  2. Ah les petites boutiques de thé, le matcha, la forêt de bambou, ton billet me rend nostalgique! Et malgré la foule, je ne me suis jamais sentie oppressée. Comme toi, j’étais béate devant les feuilles d’érable et les mousses, il y a une atmosphère tellement spéciale dans ce pays…

    • :) On est deux à être nostalgiques du Japon et de son atmosphère… Mais on le sait bien, qu’on y retournera dès que possible, hein?

  3. Oh la la.. Mais on dirait qu’on a fait les mêmes pays et qu’on a vu les mêmes choses !! J’ai aussi fait un post sur Arashiyama sur mon blog. Une de mes plus belles balades <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *